Annonce

Vous n'êtes pas identifié(e).

#16

06/11/2019 12:27
Sylar
Lefebvre
Inscription : 31/12/2017
Messages : 274

Re : [LSN | Journal du peuple] L'homme moderne est celui qui s'informe

mRJxRWx.png
P8dfkoq.png

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
ÉVITEZ LE RACKET!
⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
RÉDACTEUR
Lewis Willis

1550773998-lignehorizontal.png

I8SOSJJ.png

(Racket tourné près des blocks d'Idlewood) Photographie : Clara Swatt

1550773998-lignehorizontal.png

                                Il sévit dès l’école primaire, et crée un sentiment d’insécurité chez les habitants de Los Santos.

                                Définition : Le racket est ce que l'on nomme aussi « vol avec violence » ou « extorsion ». Le racketteur exige
                                de sa victime de l’argent, des objets ou des vêtements en le menaçant. Il fait généralement usage de la force
                                physique, de menaces ou de chantage. Ce délit est puni par la loi.

                                Le racket, un acte de violence qui joue sur la peur : Les agresseurs tentent par leurs attitudes d'obliger la
                                victime à donner ses biens.
                                « Donne-moi ce que tu as, sinon je te casse la gueule ! »
                                La victime se taira et collaborera sous peine de blessures physiques.                                                                                                                                                       
                                «Si tu parles, on va te détruire ! » ou « On sait où tu habites ne l'oublies pas ! »..

                                Le racketteur affirme sa supériorité en empêchant sa victime de parler.
                                Moyens pour mettre fin au racket  :
                                - Parlons en sans tabou dés leurs plus jeune âge, cela permettra aux personne racketter de se confier
                                plus facilement.
                                - Précisons-leur que la police est là pour les défendre et qu'elle le fera si ceci leur arrive.
                                - Faisons plus d'articles, de reportages et de sensibilisation pour ce phénomène.
                                - Nous devons faire comprendre aux victimes que le seul moyen de stopper ce calvaire est de se confier.
                                - Leur signaler ou leur rappeler que le racket est fortement puni par la loi, et que des recours existent.
                                - Leur expliquer que si ils savent ou ont entendu dire qu’une personne de leur
                                                                                                                                                                                                                                                                                 
                                Comment éviter les situations à risques ?
                                - Préparer un chemin prédéfinis en évitant les endroit à risque (parkings, raccourcis déserts, terrains
                                vagues, endroits mal éclairés l’hiver,...)
                                - Essayer de faire le trajet en groupe.
                                - Essayer de ne pas se faire remarquer.
                                -  Si vous vous sentez menacé, demander de l’aide à des passants, ou alors à se réfugier dans un
                                magasin
                                                                                                                                                                                                                                             
                                Les bonnes attitudes, lors d'un racket:
                                - DONNER L’OBJET CONVOITÉ SANS CHERCHER À SE BATTRE.
                                Les agresseur sont souvent en groupe ou porteur d'une arme.
                                - NE PAS CRIER, NE PAS COURIR.
                                Les racketteur pratique ses actes dans des ruelle sans issue et vide
                                - REPÉRER DES ÉLÉMENTS IDENTIFICATOIRES.
                                - Tenter à mémoriser le maximum d’informations sur son racketteur : âge approximatif, taille,
                                corpulence, couleur de peau, des cheveux, des yeux, signes distinctifs physiques (cicatrices,
                                tatouages, piercing,...)
, lieu exact de l’agression, moyen de locomotion, direction de fuite, présence
                                ou non d’une arme,...
                                - AUSSITÔT APRÈS L’AGRESSION, ALLER RACONTER LES FAITS À UN REPRÉSENTANT DE LA LOI
                                                                                                                                                                                                           
                                Porter plainte lorsque l'on est racketté :
                                - Pour que le racket cesse, il est nécessaire de déposer plainte. Cela vous permettra aussi de vous
                                libérer de l’appréhension que la situation se reproduise.


1550773998-lignehorizontal.png

wGrWFy7.png

Dernière modification par Sylar (10/11/2019 21:27)

Hors ligne

#17

07/11/2019 13:53
Sylar
Lefebvre
Inscription : 31/12/2017
Messages : 274

Re : [LSN | Journal du peuple] L'homme moderne est celui qui s'informe

JAsf5VK.png
P8dfkoq.png

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
LA MARAS SALVATRUCHA ÉCRASÉE À PALMWOOD.
⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
RÉDACTEUR
Tony Fracanzani

1550773998-lignehorizontal.png

vn5nJG8.png

(Anciens suspects des opérations qui se sont déroulés à Palmwood)

1550773998-lignehorizontal.png

                                Le calme est enfin revenu sur Palmwood. Après plus de six mois
                            de violence, les malfrats de l’organisation Maras Salvatrucha (surnommée MS13),
                            qui faisait régner la terreur dans l’Est de Los Santos, ont été écrasé par les forces de l’ordre.
                            A Palmwood, dans le quartier de Jefferson, se tenait pendant six mois une guérilla
                            sanguinaire contre la police.

                            Connu pour sa brutalité et sa cruauté, la Maras Salvatrucha est un gang hispanique
                            transnational implanté dans différents Etats des Etats-Unis mais aussi dans de nombreux pays
                            d’Amérique latine. Impliquée dans le trafic de drogue et le trafic d’arme, la Maras
                            Salvatrucha
de Palmwood était en guerre ouverte avec le gang afro-américain des
                            Bloods d’Edgewood qui cohabitait avec elle dans le quartier de Jefferson.

                            L’environnement était en effet propice aux affrontements interethniques dans ce quartier
                            pauvre rongé par la délinquance où les habitants n'ont d'autre choix que de se barricader
                            dans des ghettos ethniquement hermétiques pour assurer leur sécurité. En ajoutant à cet
                            environnement la manne financière permis par l’essor du trafic de drogue, tous les ingrédients
                            était au rendez-vous pour qu'un conflit ethnique de grande ampleur éclate dans ce quartier,
                            devenu une véritable poudrière. Après une série de massacres brutaux commis durant
                            l'été 2019, la Maras Salvatrucha supplanta le gang des Bloods d’Edgewood et accrue son
                            contrôle sur le quartier de Jefferson et sur les quartiers périphériques. Consciente de sa montée
                            en puissance, la Maras Salvatrucha se mue par la suite en organisation sécessionniste en
                            se mettant à attaquer des agents de police circulant sur le territoire qu’elle contrôlait, attirant
                            alors l’attention des médias et des autorités fédérales et policières.

                            A son apogée en Août 2019, la Maras Salvatrucha contrôlait la quasi-totalité des quartiers de
                            Jefferson et East Los Santos, c’est-à-dire une superficie de près d’1,6 kilomètre carré
                            et disposant d’une population de presque 300 000 âmes, soit un territoire aussi vaste que le village
                            de Blueberry et presque aussi peuplé que la ville de Pittsburg. Cette organisation,
                            responsable d’innombrables atrocités, y faisait régner la terreur et prenait en otage
                            la population, contrainte de collaborer avec le diable ou d'en subir les conséquences.


1550773998-lignehorizontal.png

KJ2zcSo.png

1550773998-lignehorizontal.png

                               L’attentat le plus célèbre perpétré par cette organisation contre les forces de l’ordre fut
                            l’attentat du Clucking Bell de Jefferson du 10 Aout 2019, qui ôta la vie de l’officier Adryan Lee.
                            Cet assassinat honteux mis la Maras Salvatrucha sous le feu des projecteurs et enclencha
                            une vague de répression de la part des autorités qui déboucha sur l'application de la loi
                            martiale
dans les zones contrôlées par l'organisation. Les autorités fédérales et policières
                            procédèrent par la suite à des dizaines de perquisitions et d’arrestations, affaiblissant
                            considérablement le gang et le poussant dans une logique de représailles toujours plus
                            meurtrières. Les patrouilles policières se multiplièrent sur les lieux, essuyant régulièrement des tirs
                            dans une zone qui devint rapidement le théâtre d’une guérilla barbare.

                            Au même moment, le gang des Bloods d’Edgewood, jusque-là affaibli par la Maras Salvatrucha,
                            profita de la guerre opposant leur rivale à la machine de répression policière pour asseoir son
                            contrôle sur le quartier et mettre fin à la suprématie du gang hispanique. S’ensuivit de
                            violentes attaques entre les deux gangs qui menèrent au massacre de plusieurs civils,
                            dont des enfants, et à l’incendie d’un commerce tenu par un afro-américain.

                            Les opérations de répression et de pacification menées par les autorités policières et fédérales
                            contre la Maras Salvatrucha étaient difficiles en raison de la présence de nombreux civils
                            dans cette zone, les membres de l'organisation criminelle n’hésitant pas à se fondre dans la population.
                            Des émeutes violentes éclatèrent d'ailleurs régulièrement dans le quartier de Jefferson,
                            instrumentalisées par des membres du gang hispanique pour perturber les forces de police
                            dans leur missions de maintien de l'ordre et pour isoler, lyncher ou poignarder des officiers de
                            police en toute impunité.

                            Pendant six mois, la Maras Salvatrucha fut réprimée et acculée méthodiquement par les
                            autorités policières, forcée d'abandonner le territoire tentaculaire qu'elle avait conquis sur le dos
                            des gangs rivaux et contrainte de se retrancher dans les derniers restes de son empire,
                            le district de Palmwood, une petite zone résidentielle très pauvre du quartier de Jefferson où elle
                            bénéficiait du soutien d'une partie de la population locale, majoritairement hispanique.

                            Le LSPD et le FBI sont ensuite parvenus à décapiter méthodiquement l’organisation en
                            neutralisant un à un ses principaux leaders, dont notamment les chefs terroristes Esteban
                            « Iraq » Carnera et Tadeo « Midget » Perez qui furent condamnés à mort et exécutés,
                            Camilles « Thief » Balderas qui purge actuellement une peine de 130 ans de prison au
                            pénitencier des Twin Towers mais aussi Dustin Villanueva, Santo Cortez, Isaias Curbelo et Armando
                            Alvarado qui furent abattus par le LSPD pendant les combats.

                            Cette longue descente aux enfers était prévisible pour la Maras Salvatrucha. Elle qui était en conflit
                            ouvert avec le gang des Bloods d’Edgewood et les autorités policières et fédérales ne pouvait, seule
                            contre tous, espérer de victoire dans une guerre totale perdue d’avance.

                            Les combats contre les derniers irréductibles de l’organisation ont été très violent en Octobre
                            2019 mais ces ultimes affrontements ont permis de mettre fin une fois pour toute au potentiel de
                            nuisance de cette organisation. Les derniers survivants de la Maras Salvatrucha qui n’ont pas
                            encore été arrêté ou abattu par nos vaillantes forces de polices, n’ont eu d’autre choix que de quitter
                            la ville ou de se disperser dans la nature.

                            Et alors que l’Hiver montre le bout de son nez et que le drapeau américain flotte à nouveau sur le ghetto
                            de Palmwood, les autorités policières et fédérales, désormais plus compétentes en matière de lutte
                            contre-insurrectionnelle, peuvent enfin se féliciter d'avoir rétabli la paix dans ce territoire au prix
                            de dizaines de blessés et de nombreux morts.

                            Désormais, il nous faut être vigilant et ne pas laisser un autre gang s'installer sur les ruines de la Maras.
                            En effet, la criminalité est loin d'être éradiquée à Jefferson. En effet, les Bloods d’Edgewood, ces
                            anciens rivaux de la Maras Salvatrucha dans le quartier de Jefferson, sortent renforcés de ce conflit et
                            étendent déjà leurs tentacules sur le Nord-Est de Los Santos. Ce gang afro-américain, en
                            occupant les territoires laissés vacants par la Maras Salvatrucha, pourrait renforcer son potentiel
                            de nuisance et ouvrir un nouveau chapitre sanglant dans l'Histoire de Los Santos,
                            d’autant plus que ce gang ne rechigne pas, à l’instar de leur rival disparu, à tirer sur des officiers
                            de police.

                            Espérons que les autorités fédérales et policières resteront vigilantes et que l’Histoire ne se répète
                            pas, au risque d'assister à un nouveau conflit meurtrier à Jefferson.


1550773998-lignehorizontal.png

wGrWFy7.png

Dernière modification par Sylar (08/11/2019 21:24)

Hors ligne

#18

10/11/2019 21:33
Sylar
Lefebvre
Inscription : 31/12/2017
Messages : 274

Re : [LSN | Journal du peuple] L'homme moderne est celui qui s'informe

uaJ7YVB.png
P8dfkoq.png

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
LES JEUNES ET LA SANTÉ
⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
RÉDACTEUR
Tony Dee

1550773998-lignehorizontal.png

mi8Ufkk.png

(Salle de boxe d'Idlewood) Photographie : Clara Ielan

1550773998-lignehorizontal.png

                                On est conscient tous de l'état et de la délinquance de la majorité des jeunes de notre belle
                                ville, c'est regrettable qu'on observe, tout les jours, nos braves jeunes hommes et femmes se dirigent vers le
                                mauvais chemin.
                                Il y a ceux qui fument, ceux qui se droguent, et par différents substitues illicites. Mais, LS connaît ces
                                dernières semaines plusieurs événements sportifs notamment des tournois/matchs de boxe anglaise, des
                                tournois d'arts martiaux mixtes dans différentes Gym de la ville, où on voit que ça commence à faire le
                                '' buzz '' dans nos rues.
                                Ces sports là attirent bien les hommes et femmes de tout âge et c'est une chose merveilleuse pour
                                notre prochaine génération parce que ça va les élevaient sur de bonnes bases et d'un régime corporelle
                                saint.
                                On remercie toute organisation, fédération, gym et société privée qui organise ces événements
                                enrichissants et bénéfiques pour la santé de tous.


1550773998-lignehorizontal.png

wGrWFy7.png

Dernière modification par Sylar (10/11/2019 21:34)

Hors ligne

#19

10/11/2019 21:44
Sylar
Lefebvre
Inscription : 31/12/2017
Messages : 274

Re : [LSN | Journal du peuple] L'homme moderne est celui qui s'informe

AkvjSzT.png
P8dfkoq.png

⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
EST-CE QUE LA POLICE EST RACISTE ?
⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯⎯
RÉDACTEUR
Emma Curse

1550773998-lignehorizontal.png

en7O0En.png

(El Corona) Photographie : William Hills

1550773998-lignehorizontal.png

                                Pourquoi toute cette violence dans les quartiers de Idlewood ou même El Corona, tout ça
                                c'est à cause du racisme bien-sûr, On vous explique, le gouvernement américain pousse les
                                afro-américains ou même les latins hors du cercle sociale, sans métier, sans amour les jeunes
                                afro-américains et les latins essaye de s'en sortir de la galère en faisant des activité illégaux, une
                                de nos journalistes est allé questionner quelques jeunes sur leurs mode de vie dans leur quartier :
                                celui de El Corona. Un des anciens du quartier a répondue à nos questions.
                                Reporter E'lee : Bonsoir, monsieur, puis-je avoir votre nom ?
                                Citoyen 1 : Je m'appelle Nesty, je peut vous aidez ?
                                Reporter E'lee : Bien enchanté monsieur Nesty, je suis journaliste chez Ls News, et je viens vous
                                posez quelques questions.
                                Citoyen 1 : Avec plaisir. Je vous écoute.
                                Reporter E'lee : Comment ça se passe ici, à El Corona ? C'est difficile la vie ici ?
                                Citoyen 1 :  C'est la galère ici, on ne peut pas vivre. Pas d'électricité pendant 2 jours de suite. 
                                Reporter E'lee : Pouvez vous nous dire des informations concernant la dernière descente de
                                police chez vous ? Les tirs.. Ect.
                                Reporter E'lee : Juste je vais pas donner de nom, je vais parler de la police en générale pas de
                                snitchs chez nous, voyez-vous ?
                                Reporter E'lee : J'comprends, ils sont fautifs en vers vos droits, vous donner quand même
                                pas de noms, bonne attitude.
                                Citoyen 1 : C'est ça, y'a eu des tirs sur notre quartier, par des policiers alors qu'on est même
                                pas armé, vous nous croyez
                                Reporter E'lee : Une autre question, comment vous réussissez à gardez cette force de
                                caractère ? Le peuple veut apprendre comment vous surmonté tout c'est problèmes ?
                                Citoyen 1 : C'est simple on se sert les coudes, entre négro. 
                                Reporter E'lee : Ok, Est-ce que le mots ''Négro" est'un mot raciste ?
                                Citoyen 1 : Non, chez nous négro c'est a dire frère.
                                Reporter E'lee : Récapitulatifs, en effet, le gouvernement vous envoie hors du cercle sociale,
                                en plus de ça, ils vous harcèle. On est d'accord ?
                                Citoyen 1 : Oui madame, vous avez tout compris. On est agressive avec la police parce-que on
                                est touché par se racisme, les citoyens ont peur de nous, alors qu'on est nous aussi des citoyens.
                                C'est pour ça la majorité des jeunes se dirige vers les activités illégaux. c'est de leur faute.
                                Reporter E'lee : Je vous remercie pour toute ces informations.
                                Citoyen 1 : Non, on vous remercie, madame.   


1550773998-lignehorizontal.png

wGrWFy7.png

Dernière modification par Sylar (10/11/2019 21:46)

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

© 2017-2019 LeRoleplay - GTA SA:MP Tous droits réservés.